Derniers sujets
» School Graph
Jeu 14 Juil - 17:46 par Invité

» Valoran's BattleFront
Sam 11 Juin - 13:30 par Invité

» Escalus
Jeu 3 Mar - 17:20 par Invité

» Aiden sur des skis ?
Mar 16 Fév - 14:32 par E. Alice Londubat

» Demande de partenariat ϟ
Mer 10 Fév - 12:18 par Invité

» Une lumière derrière les ombres
Sam 6 Fév - 5:40 par Invité

» Floooooood
Dim 31 Jan - 20:13 par Lucy Weasley

» Freya O. Emerald.
Sam 30 Jan - 14:30 par Aiden E. Wellington

» Kill or be killed
Ven 29 Jan - 20:49 par Aiden E. Wellington


Partagez | 
 

 Aiden ◈ Pour certaines choses, il n'y a pas d'explication rationnelle. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas de fin heureuse à cette histoire. Bienvenue dans l'inconnu ; bienvenue dans l'obscurité éternelle ; bienvenue dans l'oubli.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

avatar

Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

Métier : Professeur bitch de Défense contre les Forces du Mal

MessageSujet: Aiden ◈ Pour certaines choses, il n'y a pas d'explication rationnelle. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas de fin heureuse à cette histoire. Bienvenue dans l'inconnu ; bienvenue dans l'obscurité éternelle ; bienvenue dans l'oubli.   Ven 9 Oct - 1:20



Aiden E. Wellington
feat Tom Hiddleston

My father's love was always strong,
My mother's glamour lives on and on,
Yet still inside I felt alone,
For reasons unknown to me



Carte d'identité
Nom
Wellington
Allégeance
Mangemort
Prénoms
Aiden, Erik
Maison à Poudlard
Serdaigle, où il a été Préfet puis Préfet-en-Chef.
Métier
Professeur de Défense contre les Forces du Mal et Directeur de Serdaigle
Patronus
Aucun. Il n'a jamais été capable d'en produire un, mais lorsqu'il les étudiait, en 5ème année, il se plaisait à penser que le sien serait certainement une raie manta.
Âge
34 ans
Epouvantard
Sa plus grande peur est d'échouer, les reproches et les critiques, la honte ressentie suite à cet échec et la perspective de recommencer.
Sang
Sang-Pur
Baguette
Crin de Sombral et bois de cerisier, plutôt rigide, 28 centimètres
Particularité
Legilimens
Animaux
Un chat noir à la longévité étonnante nommé Immortal Love Rodd, raccourci en simplement Rodd.


Caractère
« Aiden est tout à fait mature et responsable, mais je vois toujours mon frère comme un enfant, en quelques sortes. J’ai besoin de le protéger, de m’assurer que tout va bien pour lui. Quand on ne se voit pas plusieurs semaines d’affilée, il me manque terriblement. Il adore entendre les derniers ragots sur le Ministère et moi sur les élèves et les professeurs de Poudlard : quand on se donne rendez-vous, on boit du thé en critiquant tout le monde comme deux mémés ! Qui l’aurait cru ! »
Thomas J. Wellington, grand frère d’Aiden.

« Le professeur Wellington a toujours été sévère, mais c’est un bon enseignant. Il explique très clairement et nous donne beaucoup de travaux pratiques très intéressants. Evidemment, nous avons souvent des parchemins de recherche ou de compte-rendu à lui rendre, mais dans une matière aussi importante, c’est normal et personne ne se plaint. »
Stephan, un élève de cinquième année rencontré en sortant de classe.


« Wellington est un Mangemort appliqué qui sait prendre les bonnes directives alors que nous autres sommes éparpillés. Il est aussi très doué pour faire grossir nos rangs avec des élèves, je ne sais pas comment il arrive à en convaincre autant. C’est un élément très important du groupe, et si nous parvenons à faire revenir le Maître, il aura mérité une très bonne place dans la hiérarchie. Nous le considérons déjà comme une sorte de chef, de toute façon. »
Un Mangemort, croisé à la sortie des toilettes de leur QG.

« Mr. Wellington est un professeur remarquable. Bien que sévère et parfois un peu méchant avec certains élèves, il est toujours juste et impartial. Ses cours sont toujours très intéressants et on sent qu’il possède beaucoup de connaissances sur le sujet qu’il enseigne. La maison Serdaigle a un très bon directeur, maintenant. »
« Aiden est mon mentor, mon guide dans cette double vie que je mène. Toujours à l’écoute, je sais que je peux lui poser n’importe quelle question et il aura la réponse. Il peut se montrer cruel parfois, particulièrement envers les nés-moldus mais au vu de son histoire personnelle, je n’arrive pas à lui en vouloir… Il se plierait en quatre pour satisfaire le Maître et dirige les autres Mangemorts d’une main de fer, dans un gant de velours. Je sais que j’ai de la chance d’être aussi proche de lui. »
Lucy Weasley, élève d’Aiden.


Histoire
Un musicien moldu connu pour sa philosophie de vie a écrit « Tout va bien, au final. Et si ce n'est pas le cas, alors ce n'est pas la fin. » Même dans les moments les plus sombres, ceux où ce que nous et nos proches avons construit s’écroule comme un château de sable sous une vague, ne laissant que de maigres fondations abîmées pour tout reconstruire, il faut garder espoir que les idéaux et les buts pour lesquels nous nous battons aboutiront. Que le château sera rebâti, plus grandiose qu’il ne l’a jamais été. Quand la vie subit un revirement radical, je ne saurais conseiller d’autre que s’accrocher. Croire en soi, croire en ceux qui nous soutiennent, même s’ils sont absents ou partis pour toujours, et attendre. Attendre que le moment soit venu, attendre que notre destin nous rejoigne enfin et nous donne ce qu’on a toujours désiré. Puissance, gloire, amour, argent ou tout à la fois : avec un peu de conviction, même l’idéal le plus improbable sera atteint par le fou qui ose y croire de toutes ses forces.

Fou, l’étais-je ? Certainement.

Je suis né voilà 34 ans, accueilli avec amour dans un foyer habitant la banlieue de Londres. Un frère aîné, Thomas, me précédait d’une dizaine d’années : cet écart se justifiait par le souhait de ma mère de poursuivre une carrière au Ministère, qu’un enfant aurait interrompue. J’ai été conçu alors qu’elle était sûre pouvoir reprendre son poste de cadre au service des usages abusifs de la magie, quelques années après sa promotion. Elle était née Fawley, une famille sang-pur sans allégeance particulière ni richesse démesurée. Mon père, quant à lui, venait des Wellington, une famille Sang Pur anglaise dont l’influence avait été à son apogée pendant la colonisation mais qui, depuis, avait perdu sa grandeur. Leur alliance provenait d’un mariage arrangé entre les deux familles pour que chacune puisse y trouver son compte et redorer leur blason et s’ils avaient été mécontents de leur sort, cela ne se voyait plus : on m’a toujours dit qu’à l’arrivée de Thomas, ils formaient un couple tout à fait mignon et l’amour irradiait du nouveau foyer.

Mon enfance s’est écoulée sans rien de particulièrement remarquable, si ce n’est le départ de Thomas pour Poudlard alors que j’étais encore un bébé, la manifestation discrète mais puissante de mes pouvoirs magiques et le décès de mes parents.

Lors de ma huitième année, en juillet, nous avons célébré les A.S.P.I.C réussis de mon frère qui avait impressionné toute la famille. Nous nous étions réunis en grand comité, la famille Fawley et la famille Wellington entières, et j’étais heureux pour Thomas. Je ne pouvais m’empêcher de l’envier d’être grand, responsable et majeur, d’être allé à Poudlard, de maîtriser sa magie et d’avoir eu de bons résultats, mais la fierté qui émanait de mon frère ne me laissait pas indifférent à son bonheur. Lorsque vint le temps pour nous de rentrer à la maison, nos parents nous attendaient sur le trottoir alors que nous finissions de saluer toute notre famille. Mais alors que nous nous apprêtions à sortir, un crissement de pneus, des cris et un froissement de métal retentirent dans le calme de la banlieue. Alertés par le vacarme, mes grands-parents accoururent et revinrent aussitôt, m’enfermant dans la maison et discutant avec Thomas. Combien aurais-je donné pour entendre ce qu’ils lui avaient dit ! Je me souviens m’être inquiété de ne plus voir mes parents revenir, mais je me souviens surtout du vide ressenti lorsque Thomas m’a expliqué que papa et maman ne reviendraient jamais, qu’un Moldu qui avait trop bu avait pris leur vie sur le trottoir et qu’on allait devoir se débrouiller seuls, tous les deux. Mes grands-parents offrirent bien entendu à mon frère de m’élever, mais celui-ci refusa, se jugeant capable de faire aussi bien que mes parents.

C’est ainsi qu’à peine sorti de Poudlard, il trouva le premier travail qui se présenta à lui, aussi bas soit-il, afin de générer un revenu et m’élever correctement.
Bien que cette époque ait été particulièrement douloureuse, un lien très spécial s’est créé entre nous : aussi proches que nous pouvions, nous dormions serrés l’un contre l’autre la nuit, et au matin nous nous racontions nos rêves, qui, pour la plupart, faisaient revenir nos parents l’espace de quelques heures et nous donnaient l’impression d’être une famille, aussi petite était-elle désormais.

Lorsque j’eus onze ans, je partis pour Poudlard. Ce fut un soulagement pour moi, car mon frère n’aurait une deuxième bouche à nourrir que deux mois dans l’année : nous étions tombés d’accord pour passer les vacances de Noël chez nos grands-parents. Arrivé là-bas, je fus réparti sans trop de surprise à Serdaigle et commençai ma scolarité plus motivé que jamais.
Cependant, ce sont les relations plus que l’éducation qui font une personne, et les miennes n’ont pas été les meilleures que j’aurais pu choisir. Pendant les premiers mois de ma première année, je tombai amoureux d’une fille. Bien sûr, ce n’était pas un vrai amour ; je la trouvais juste mystérieusement jolie, et ce n’était pas réciproque, ça ne pouvait pas. Elle était en septième année à Serpentard et se prénommait Ronica. Il m’arrivait souvent de la croiser, elle et tous ses amis, et je ne pouvais détacher mes yeux d’elle. Comme je n’avais pas encore tout à fait saisi le concept, sa bande me remarqua assez vite et tous me prirent sous leur aile. Pourquoi avaient-ils accepté un élève de première année dans leurs rangs, je ne le saurais jamais. Quoi qu’il en soit, ils me révélèrent un secret qu’ils n’auraient jamais dû me dire, mais la fierté et l’arrogance qui les caractérisait les y a poussés et un jour, ils relevèrent leur manche pour me montrer la Marque des Ténèbres qui ornait leurs bras. Ils commencèrent alors à m’endoctriner, mais j’étais de leur côté avant même qu’ils n’aient commencé : un Moldu était responsable de la mort de mes parents et j’avais déjà fait l’amalgame plusieurs années auparavant. Trop jeune pour devenir officiellement Mangemort, j’aidais mes nouveaux amis à accomplir leurs missions et en tant que petit première année perdu, j’avais la tâche facile. Je tombai vite en adoration devant le Seigneur des Ténèbres, qui ne me connaissait même pas de nom mais qui était à l’apogée de sa puissance, et oubliai très vite Ronica, qui ne devint que mon amie. Quoique, étaient-ils vraiment des amis ? J’en doute. Je les suspecte d’avoir eu besoin d’un innocent derrière lequel se cacher, mais peu m’importait puisque grâce à eux, j’avais trouvé ma voie.

Lors de la bataille de Poudlard, je n’eus pas le réflexe de suivre les autres en lieu sûr car un besoin plus urgent me pressait : rencontrer le Maître. Je parcourais discrètement le Château de long en large dans l’espoir de l’apercevoir, mais je n’eus que la chance de pouvoir pleurer et me lamenter sur son corps, allongé au milieu des autres cadavres. Parmi eux, mes anciens amis, mais leur mort ne me faisait ni chaud ni froid. Je ne voyais plus que le Maître et la déception de ne pas avoir pu l’aider. Soudain, je vis qu’une manche bossue de sa robe s’agitait bizarrement et sous mes yeux incrédules, un chaton noir tout ébouriffé vint à ma rencontre, miaulant de faim et de frayeur. Saisi par un instinct protecteur, je le cachai entre ma veste et ma chemise et sortis de Poudlard à toute vitesse. Je réussis à le ramener chez Thomas, qui avait entretemps trouvé un meilleur emploi avec de bonnes perspectives d’évolution. Il m’autorisa à garder le chaton et m’aida à trouver un nom pour lui : Rodd.

De nombreuses années plus tard, alors que je venais de passer mes B.U.S.E et que je lisais dans ma chambre, le chat grimpa sur mes genoux, s’y enroula en ronronnant et émit une voix sifflante qui m’effraya.
« Jeune ssssorcier, tu as récupéré mon nouvel horcruxe… En quatre ans, j’ai à peine récupéré assez de forces pour te parler… Aide-moi à retrouver mon corps… »

La requête me fit l’effet d’un coup de fouet. Dès lors, je m’attelai corps et âme à devenir un sorcier surpuissant et cherchai pendant mon temps libre un autre moyen que le sang d’Harry Potter pour ramener mon Maître parmi les vivants. Malheureusement, la vie d’un chat est plus courte que celle des humains, et Rodd mourut de vieillesse … pour se réveiller quelques heures après comme si rien ne s’était passé. Plusieurs semaines plus tard, il mourut de nouveau sur une route fréquentée par les voitures Moldues : je haïssais encore plus ces singes violents. Mais on dit que les chats ont neuf vies, et sa septième commença alors.

Depuis six ans, j’enseigne à Poudlard la Défense contre les Forces du Mal. L’ironie me plaisait tant que je n’ai pas pu ne pas candidater. A l’école, j’en profite pour endoctriner les élèves comme je l’avais été, avec plus de succès que je ne l’aurais pensé. Il y a surtout eu Lucy Weasley. Dès sa première année, je l’ai vue, j’ai vu son regard, j’ai reconnu sa solitude. Je l’ai approchée, et nous avons quasi immédiatement lié une drôle de relation : je suis son professeur, je suis son mentor, mais je suis aussi le diable qui lui chuchote à l’oreille ce qu’elle doit faire. Je suis épanoui dans ma vie professionnelle comme sociale, j’entretiens de bonnes relations avec mon frère et ai tout ce dont j’ai toujours rêvé, étant enfant : de la maturité, de la puissance, de l’argent. Il ne me manquerait plus qu’une âme sœur avec qui mon pouvoir de legilimens me permettrait de nouer un lien particulier, mais je ne la cherche ni ne l’attends spécialement. Tout va bien pour moi.

Mais tant que le Maître ne sera pas de retour pour de bon, tout n’ira pas bien, et ce ne sera pas la fin de mon histoire.


Derrière l'écran...
Pseudo
Lokiaryu
Parle-nous de toi !
Bonjour ! Je suis une jeune demoiselle en exil volontaire dans le royaume de la bière, et je suis des études de commerce déjà plutôt bien avancées. Mon plat préféré c'est les larmes de mes ennemis aromatisées au concombre et mon pyjama favori, un ensemble Star Wars. J'aime me complaire au fond de mon lit telle un bébé phoque (c'est tellement mignon ! pls ) et manger n'importe quoi à n'importe quelle heure. Si possible, si vous avez suivi, les larmes de mes ennemis.
Âge
2164 ans et 2 mois
Comment nous as-tu trouvés ?
Je ne vous ai pas trouvés, c'est vous qui êtes venus à moi  inlove Mais comme a dit un fabricant de forums très connu dans le monde des sorciers, "souvenez-vous, c'est le forum qui choisit son membre, pas le contraire"...
Présence
To infinity and beyond !
Quelque chose à rajouter ?
bijour


par Aiden


Test RP - Legilimancie
Depuis ma plus tendre enfance, je me suis toujours tenu dans l’ombre de quelqu’un. Un ami qui parlait plus fort, un frère plus turbulent. Renfermé sur moi-même, j’ai appris à ne pas me faire remarquer, à me faire oublier, aussi inconsistant qu’un fantôme. J’ai enseigné aux autres que j’arrivais sans qu’on me remarque et que je me tenais toujours à l’ombre d’un arbre quand venait le moment pour eux d’échanger des secrets. Même si cette inexistence semblait me convenir, je rêvais d’héroïsme, d’attention inébranlable à chaque prise de parole et de mise en avant sans gêne, au naturel. J’enviais ceux qui captivaient le regard de tous ceux alentour, moi y compris, et me suis toujours demandé leur secret.

Finalement, je me suis rendu compte que beaucoup parlaient pour ne rien dire. Sentir leur auditoire en admiration devant eux, buvant leurs paroles quoi qu’ils disent, c’était leur façon à eux de se sentir vivant : exister aux yeux des autres, marquer les esprits par sa présence. Je remarquai vite que je n’étais pas fait pour un tel mode de vie : être au centre de l’attention ne me plaisait pas, et je trouvais réconfort dans bien d’autres activités silencieuses. C’est alors qu’au lieu de renforcer ma voix, je renforçai mon esprit : au lieu de me faire écouter, c’est moi qui allais prendre chez les autres ce qu’ils voulaient tant donner d’eux-mêmes. Leur laisser une amère insatisfaction au creux de la gorge, se sentir démunis de la seule chose qu’ils savaient vraiment faire : hurler leur existence au monde entier.

A Poudlard, je trouvai nombre d’ouvrages traitant des magies de l’esprit mais très peu donnant la marche à suivre. Je ne pouvais me tourner vers personne d’autre, ni professeur, ni parent, ni ami et dus redoubler d’effort pour trouver ce dont j’avais besoin, incognito dans la Réserve. Depuis mon premier intérêt pour la magie psychique, j’ai dû attendre quatre ans et ma sixième année. Ce délai a, finalement, été plus que bienvenu puisque je considère impossible la maîtrise de ce type de magie avant d’avoir passé ses B.U.S.E, peu importe à quel point l’élève se juge surdoué : n’importe qui peut y arriver avec la maturité et la force d’intrusion ou de protection nécessaires qui, je pense, ne peuvent s’acquérir avant quinze ou seize ans. Ce n’est pas faute d’avoir essayé avec certains élèves mangemorts : ceux qui se sont révélés trop jeunes et immatures n’ont pas bien vécu cet épisode traumatique.

Pour bien appréhender la legilimancie, je préconise trouver quelqu’un d’assez proche comme un membre de famille ou un ami, mais dont les compétences magiques sont assez faibles afin qu’il ne se doute de rien. Lors de ma première tentative fructueuse, qui n’a pas eu lieu avant six mois d’échecs répétés, je m’étais concentré sur le but de trouver celle qui hantait les rêves de mon ami. Il était devenu distant et absent, et je souhaitais ardemment comprendre qui était à l’origine de ce changement radical. La solitude que son attitude avait engendrée en moi m’avait donné une impulsion suffisante pour me jeter dans les circuits sinueux de son esprit et en mesurer les conséquences. Pour plonger dans les pensées d’un autre, un point de contact mental, comme un regard soutenu, ou physique, moins discret, est obligatoire lorsqu’on débute. Après plusieurs années d’entraînement, on pourra mesurer les troubles d’un Moldu ou d’un sorcier peu puissant simplement en le suivant du regard et pénétrer dans les forteresses des occlumens les plus accomplis.

Lorsque le regard est soutenu, il est important de ne pas perdre de vue son objectif. Vous devrez sentir votre esprit investiguer le sien, l’effleurer du bout des doigts pour mesurer les risques de votre intrusion. Lorsque vous serez rassuré, vous vous sentirez comme aspiré par une pression trop basse chez votre sujet et avant de comprendre, vous explorerez à votre guise son esprit. Vous avez alors le choix de lire ce qui s’y déroule aussi facilement qu’un livre pour enfants, laisser une petite trace de votre passage pour effrayer ou menacer, ou y mettre le chaos. Cependant, la dernière option, si bien réalisée, sera irréversible, que ce soit pour engendrer la folie ou simplement effacer un souvenir.

Lorsque vous serez en contact avec un autre legilimens allié, vous pourrez communiquer à votre gré avec lui, pour peu que vous l’aperceviez. Un tel niveau de legilimancie requiert néanmoins une grande affinité avec l’autre sorcier, et peu d’entre eux n’arrivent à ce stade qu’avec l’élu de leur cœur ou un parent très proche.

Aiden Wellington, Essai sur la Legilimancie (brouillon non publié)


Dernière édition par Aiden E. Wellington le Mer 14 Oct - 14:43, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admine un peu frappée avide de patates

avatar

Admine un peu frappée avide de patates


MessageSujet: Re: Aiden ◈ Pour certaines choses, il n'y a pas d'explication rationnelle. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas de fin heureuse à cette histoire. Bienvenue dans l'inconnu ; bienvenue dans l'obscurité éternelle ; bienvenue dans l'oubli.   Ven 9 Oct - 4:37

La suite, la suite coeur elektrik
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

avatar

Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

Métier : Professeur bitch de Défense contre les Forces du Mal

MessageSujet: Re: Aiden ◈ Pour certaines choses, il n'y a pas d'explication rationnelle. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas de fin heureuse à cette histoire. Bienvenue dans l'inconnu ; bienvenue dans l'obscurité éternelle ; bienvenue dans l'oubli.   Ven 9 Oct - 15:52

Ca arriiiive :1:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admine un peu frappée avide de patates

avatar

Admine un peu frappée avide de patates


MessageSujet: Re: Aiden ◈ Pour certaines choses, il n'y a pas d'explication rationnelle. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas de fin heureuse à cette histoire. Bienvenue dans l'inconnu ; bienvenue dans l'obscurité éternelle ; bienvenue dans l'oubli.   Dim 11 Oct - 23:02

Cette musique mon dieu pls Elle correspond tout à fait à l'image que je me fais de Aiden Ballon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

avatar

Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

Métier : Professeur bitch de Défense contre les Forces du Mal

MessageSujet: Re: Aiden ◈ Pour certaines choses, il n'y a pas d'explication rationnelle. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas de fin heureuse à cette histoire. Bienvenue dans l'inconnu ; bienvenue dans l'obscurité éternelle ; bienvenue dans l'oubli.   Lun 12 Oct - 16:30

Merci beaucoup *^* je suis obsédée par cette musique depuis que j'ai acheté le jeu il y a 3 jours, je l'écoute à longueur de journée XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En charge de la Répartition

avatar

En charge de la Répartition

Métier : Poète

MessageSujet: Re: Aiden ◈ Pour certaines choses, il n'y a pas d'explication rationnelle. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas de fin heureuse à cette histoire. Bienvenue dans l'inconnu ; bienvenue dans l'obscurité éternelle ; bienvenue dans l'oubli.   Mer 14 Oct - 14:48

Tu es validé !



Nous avons le plaisir de t'annoncer que tu es validé ! Bravo, le plus dur est derrière toi ! Le staff t'invite maintenant à venir réclamer ton avatar, ton don et ton poste/métier dans le sujet de recensement afin d'être sûr que personne ne te vole ce pour quoi tu as si durement travaillé. Une fois recensé, tu pourras enfin créer ta fiche de liens, voire ton journal intime pour tenir les autres joueurs au courant de l'évolution de ton personnage. Selon ton envie, tu peux aussi directement te mettre à RP en trouvant un partenaire. Pour ce faire, tu as la possibilité d'en trouver un qui traîne sur la ChatBox ou de poster un topic libre.

Si tu as des questions supplémentaires, n'hésite pas à contacter un membre du staff qui se fera une joie de te guider !

Nous te souhaitons d'agréables moments de jeu sur Pumpkin Pasties et au plaisir de te croiser sur la zone RP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aiden ◈ Pour certaines choses, il n'y a pas d'explication rationnelle. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas de fin heureuse à cette histoire. Bienvenue dans l'inconnu ; bienvenue dans l'obscurité éternelle ; bienvenue dans l'oubli.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aiden ◈ Pour certaines choses, il n'y a pas d'explication rationnelle. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas de fin heureuse à cette histoire. Bienvenue dans l'inconnu ; bienvenue dans l'obscurité éternelle ; bienvenue dans l'oubli.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]
» L'oiseau dans sa cage d'Or
» Les USA comptent 90 armes pour 100 habitants
» Gri-Gri pour rêver
» RP: Les symboles perdus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pumpkin Pasties :: Hominum Revelio :: Cérémonie de Répartition :: Dossiers acceptés-