Derniers sujets
» School Graph
Jeu 14 Juil - 17:46 par Invité

» Valoran's BattleFront
Sam 11 Juin - 13:30 par Invité

» Escalus
Jeu 3 Mar - 17:20 par Invité

» Aiden sur des skis ?
Mar 16 Fév - 14:32 par E. Alice Londubat

» Demande de partenariat ϟ
Mer 10 Fév - 12:18 par Invité

» Une lumière derrière les ombres
Sam 6 Fév - 5:40 par Invité

» Floooooood
Dim 31 Jan - 20:13 par Lucy Weasley

» Freya O. Emerald.
Sam 30 Jan - 14:30 par Aiden E. Wellington

» Kill or be killed
Ven 29 Jan - 20:49 par Aiden E. Wellington


Partagez | 
 

 Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu [PV Aiden E. Wellington]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu [PV Aiden E. Wellington]   Dim 1 Nov - 19:31

Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu
Samendriel Sweid & Aiden E. Wellington
Ce jour-là était comme tous les précédents dans l'enceinte du château. Bon, presque, j'étais un peu à bout ces temps-ci, la pleine lune était dans moins d'une semaine et je me voyais déjà rejoindre la cabane hurlante pour me transformer en une bête assoiffée de sang. Un frisson m'avait parcouru l'échine, je me faisais moi-même peur, c'était vraiment une chose étrange. On était samedi et de ce fait, aucun cours n'allait m'attendre dans la journée, je voulais décompresser un peu, mes devoirs étant fait depuis belle lurette. Alors que j'allais rejoindre la cour, mes yeux avaient été attirés par un sac, dont le propriétaire devait l'avoir oublié. A pas de loup, cette citation m'allait comme un gant, je m'étais approché de cet objet. Aussitôt entre mes mains, je l'avais ouvert, fouillant l'intérieur avec curiosité. C'était comme cela que j'étais tombé sur une lettre, l'ouvrant sans faire attention à mon entourage, je l'avais parcouru des yeux. Cela parlait d'un rendez-vous secret, entre deux Serdaigle, je m'étais mis à pouffer de rire. C'était si niait !

Tout d'un coup les affaires, qui n'étaient pas à moi, me firent arracher avec force par, je mettrais ma main à couper, sa propriétaire. Elle commençait à me faire la leçon, sur le fait que ce n'était pas gentil de mettre mon museau dans les affaires des autres. Mon rire s'était stoppé en un éclair, l'expression qu'elle avait sortie m'avait cloué sur place. Museau ? Était-elle au courant de mon problème ? Avant que je n'avais eu le temps de faire quoi que se soit, l'adolescente m'avait pris le poignet avec force, m'emmenant quelque part. Mon cœur commençait à accélérer, je me revoyais dans le village, ma mère essayant de me tuer.

La jeune fille s'était stoppé devant une porte où le nom du professeur de défense contre les forces du mal, qui était aussi le directeur de la maison Serdaigle était placarder en plein milieu. Oh non ! Je m'étais mordu la lèvre inférieure, quand l'adolescente reprit possession de mon bras pour me guider à l'intérieur, me balançant avec force sur une chaise. Eh ben, elle était vraiment furieuse. Je tapais des pieds sur le sol, me concentrant sur autre chose, alors que la Serdaigle rapportait ce que j'avais fait. Je ne lui avais rien pris que je sache ! En plus, le rendez-vous donné était complètement codé, je ne pouvais pas savoir la date, le lieu ni l'heure.

J'avais repris contact avec la réalité quand plus aucun bruit n'était présent dans la pièce. Relevant la tête pour découvrir, avec surprise, que j'étais seul avec le professeur. Je lui avais fait un petit sourire d'excuse, mais néanmoins je ne voulais pas avouer ce que j'avais fait.

Elle a mentit, j'ai rien fait !
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

avatar

Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

Métier : Professeur bitch de Défense contre les Forces du Mal

MessageSujet: Re: Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu [PV Aiden E. Wellington]   Lun 2 Nov - 2:10


Objection
Alors que je corrigeais quelques copies dans mon bureau, pour faire passer le temps jusqu’au soir où je devrais faire quelques plans pour les Mangemorts, un grand vacarme venant de la pièce adjacente se fit entendre. Les élèves n’ayant pas le droit de rentrer dans les salles de classe en dehors des cours, je levai des yeux sévères en direction de la porte, guettant un bruit ou une parole qui mettrait le ou les fraudeurs en retenue.

Finalement, ils vinrent d’eux-mêmes vers moi. Après avoir poliment mais sèchement frappé, la porte s’ouvrit grand sur une Lucy hors d’elle tenant un de mes petits élèves par le poignet. Elle le jeta violemment sur la chaise devant ma table, furieuse, et me conta toute l’histoire. Mon cœur manqua un battement lorsque je compris qu’il avait failli intercepter un rendez-vous entre Mangemorts, mais un regard de Lucy qui m’assura qu’il n’avait pas pu le décrypter me rasséréna. Alors que j’écoutais la suite de son récit, j’observais le petit. Il était à Serpentard, en première année, et son nom de famille… Je réfléchis un peu, puis me rappelai : Sweid. Un élève discret, pas très brillant mais pas non plus médiocre, calme, comme on en rêverait. Il tapotait des pieds par terre, visiblement pas du tout en train de regretter son geste indiscret et n’écoutait d’ailleurs même pas ce que Lucy me disait. Elle aurait pu rajouter qu’il avait tué 10 Moldus avec un pistolet moldu qu’il n’aurait pas bronché.

Lorsque le récit fut terminé, je la remerciai poliment et lui enjoins de nous laisser seuls :

« Merci, Weasley. Je m’en occupe, vous pouvez disposer. Bonne journée à vous. »

J’attendis que la porte soit close pour observer le petit, qui regardait toujours ses pieds. Je le fixai du regard, attendant patiemment qu’il daigne lever les yeux vers moi, ce qu’il fit après quelques minutes, l’air totalement désorienté. Soit il était vraiment bizarre, soit il était complètement troublé.

Je levai un sourcil pour avoir ses explications, mais tout ce qu’il me dit ne fit que le rendre plus méprisable.

« Vous auriez probablement pu trouver mieux comme excuse, Sweid. Sachez que vous venez de traiter une de mes élèves de menteuse, et que mes élèves ne me mentent pas. Je vous laisse une dernière chance de ne pas me faire une aussi mauvaise impression de vous : que faisiez-vous dans le sac de Lucy Weasley ? »
©Aiden aka Lokiaryu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu [PV Aiden E. Wellington]   Lun 2 Nov - 3:03

Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu
Samendriel Sweid & Aiden E. Wellington
Mes yeux ne quittaient pas l'homme qui me faisait face. Ce dernier s'était mis à me questionner. Bien sûr il avait dit que ses élèves ne mentaient pas. Chose qui m'avait fait pouffer de rire. Je lui avais lancé, tout en n'oubliant que c'était un professeur.

Tout le monde a au moins menti une fois dans sa vie ! Pour se cacher, pour s'amuser, même pour sauver sa propre vie. Le mensonge fait partie de la vie. L'art de le manier est tout autre !

Je lui avais souri comme si tout était normal. J'avais ensuite détourné la tête, quelques choses me dérangeaient chez le professeur de défense contre les forces du mal. Comme la pleine lune approchait à grands pas, mes sens étaient plus développé. Les différentes auras de magie possédaient une odeur particulière. La mort était alors associée à la magie noire. Mon père, ainsi que les mangemorts puaient de la sorte. J'étais assez désorienté, car la même odeur régnait dans la pièce. J'avais chuchoté, plus pour moi-même que pour un quelconque auditoire.

Je suis sûr que vous savez de quoi je parle Monsieur.

J'avais regarder à nouveau le professeur droit dans les yeux.

J'ai trouvé le sac et j'ai tout simplement regardé à l'intérieur pour trouver à qui il appartenait, j'aurais pu par la suite le rendre à la bonne personne. Et j'ai lu une lettre d'amour... Les filles quoi !

D'ailleurs en réfléchissant bien, la jeune adolescente puait aussi de la même odeur nauséabonde que sentait la mort. Je n'avais pourtant rien ajouté. Et puis, mon museau pouvait juste me jouer des tours. Sale pleine lune !

HRPG:
 
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

avatar

Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

Métier : Professeur bitch de Défense contre les Forces du Mal

MessageSujet: Re: Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu [PV Aiden E. Wellington]   Mer 4 Nov - 0:21


Objection
Ce petit gamin avait osé me répondre, alors qu’il n’y connaissait visiblement rien. Il ne savait pas qui j’étais, ce dont j’étais capable et pourquoi j’étais ici. Cependant, en avouant son crime honnêtement, il faisait preuve d’un peu plus de maturité que je n’avais osé espérer, et me dis que son cas n’était peut-être pas perdu. Néanmoins, je devais faire avec lui comme avec tous ceux qui avaient osé me mentir – en tant que Legilimens, je sais à chaque fois qu’on me ment, et ce sans effort ni concentration superflus. C’est le Maître qui m’a appris à déceler les émissions de l’esprit de l’autre et la contradiction provoquée par un mensonge est visible même pour un Legilimens non aguerri, ce que je n’étais plus depuis longtemps. Or, on ne ment pas à un professeur et j’allais l’apprendre à Sweid.

Je me penchai vers lui, un sourire doucereux aux lèvres, et lui dis doucement :
« Je maîtrise effectivement le mensonge bien mieux que vous ne le ferez jamais, Monsieur Sweid, mais quand je vous dis qu’aucun de mes élèves ne me ment, vous feriez mieux de me croire. »

A ces mots, je plongeai violemment dans son esprit. Mon but n’était pas de lui faire mal ou de lui arracher des souvenirs, simplement de laisser une trace de mon passage. Je fouillai donc chaque recoin de sa mémoire afin de ressortir ses pires souvenirs, qu’il puisse les revoir devant ses yeux comme s’il les revivait une seconde fois. Là, il y a quelques minutes, quand il trouvait le sac de Lucy, pour lui faire comprendre ce que je faisais. Ici, un moment embarrassant où beaucoup s’étaient moqués de lui. Ensuite, un loup-garou qui s’approche de lui, plongeant ses crocs dans sa chair. Un changement de scène, et un corps démantibulé apparaît sur le sol. Quelques secondes après, des villageois apeurés et en colère qui veulent prendre sa vie. J’arrêtai là de fouiller dans ses souvenirs, estimant avoir assez perturbé le jeune homme et en avoir suffisamment appris sur sa vie. Je n’avais pas fait le rapprochement, mais il est le fils d’un Mangemort, celui qui avait sacrifié la normalité de son enfant pour que le Maître ait un lycan obéissant à ses côtés. A l’époque, j’avais été impressionné par le geste et par le cœur de pierre de Sweid, le père. Si jamais j’avais moi-même un enfant un jour, je ferais tout pour l’éloigner de cette guerre d’idéaux tant qu’il n’est pas assez grand pour choisir sa propre voix sans biais et tant qu’il n’est pas assez fort pour se battre pour elle. Et jamais, au grand jamais, je ne serais capable de le livrer à un loup-garou.

J’avais devant moi le fruit d’un extrémisme hors normes. Mon regard s’adoucit alors et je décidai qu’il avait assez enduré de punition pour ne pas retirer de point à Serpentard ou le mettre en retenue. A la place, j’estimai qu’une petite discussion s’imposait. Aussi, je mourrais d’envie de savoir si son père l’avait mis au courant de son petit plan et de si Sweid était à même de travailler pour les Mangemorts – sous forme humaine.

« Assurdiato ! » lançai-je en direction de la porte pour éviter des oreilles indiscrètes.

« Alors, Monsieur Sweid, comment vivez-vous votre lycanthropie à Poudlard ? » m’enquis-je gentiment.
©Aiden aka Lokiaryu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu [PV Aiden E. Wellington]   Mer 4 Nov - 19:52

Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu
Samendriel Sweid & Aiden E. Wellington
J'étais perdu dans mes pensées, à réfléchir sur la pleine lune qui était en fin de semaine, si bien que j'avais sursauté en entendant le professeur de défense contre les forces du mal approcher. La voix doucereuse qu'il avait prise n'était pas vraiment un bon signe, surtout depuis qu'il s'était penché vers moi. Mes sens étaient en alerte et mon instinct me disait de partir en courant le plus loin possible. Son odeur était plus distincte et j'en étais maintenant sûr, l'homme qui était devant moi était un mangemort, tout comme mon père. Même si je savais que j'étais de leur côté, je ne voulais pas avoir le qualificatif affreux qu'ils arboraient, quitte à ce qu'ils m'appellent "toutou". J'allais me lever pour adopter la technique la plus logique, la fuite, quand soudain, un picotement affreux me vînt dans ma tête, cela me faisait mal, mais je n'avais pas émis un seul son, étant habitué à supporter bien pire à chaque pleine lune.

Dans un couloir de Poudlard, j'étais assis sur un banc, un sac entre les mains. J'avais déjà vécu cela ! Mais que se passait-il au juste ? La Serdaigle m'arracha l'objet des mains, les élèves qui passaient par là se mettaient à rigoler. Je me sentais tellement mal à ce moment précis.

Changement de décors, j'avais l'impression que quelqu'un s'amusait à me faire tourner en bourrique. J'étais plus petit, non, plus jeune. Le chalet qui me faisait face ne me disait rien qui vaille, d'ailleurs, le grognement qui était derrière moi non plus. Aussitôt, j'étais par terre, je ressentais de la peur et de la douleur face aux crocs de la créature qui prenaient un malin plaisir à me mordre l'épaule droite.

Alors que je croyais mourir, me voilà dans une forêt, non pas ça ! Un corps était dans un coin, celui du fameux moldu. Je ne l'avais jamais vu, moi qui depuis ce drame, je me demandais sans cesse à quoi il ressemblait. Me mettant debout, j'avais accouru vers l'inconnu désarticuler.

Je n'avais rien pu voir, étant immédiatement éjecté dans le village. Les habitants me traitaient de monstre, encore et toujours. C'était pareil, des fois je les revoyais en cauchemar, mais là, ce n'était pas pareil, je ressentais encore plus de peur et de colère face aux moldus.


Puis comme si de rien était, je m'étais retrouvé dans le bureau du professeur de défense contre les forces du mal. Des larmes traîtresses s'étaient mis à couler le long de mes joues, tout mon corps tremblait sous le choc de ce qu'il s'était passé. Il s'était permis de fouiller dans mes souvenirs, de déterrer mes secrets. Tout ce qu'il avait voulu faire, c'était de me faire peur, chose qu'il avait réussite. Une partie de moi me disait, tout va bien, il n'a découvert que ton secret, le plus flagrant, pas l'autre. Il avait peut-être eu le temps de le voir, sans que je le sache. Tant de questions que je ne pouvais bien évidemment pas poser. Savait-il pour lui ? Était-il au courant pour Malefoy ? Il m'arrivait de temps en temps de lui parler, mais ce n'était pas de cela dont j'avais peur. Mais plutôt du fait que je fantasmais sur ce garçon. Je m'étais vite mordu la langue pour éviter de rougir comme une fille, il faisait chaud d'un coup. Une voix m'avait sorti de mes pensées, monsieur Wellington voulait savoir comment je vivais mon problème à Poudlard. Bon, cette partie l'intéressait, autant comblé les vides sans mentir. Non, je ne voulais pas qu'il recommence à fouiller dans ma tête. Mes larmes n'étaient même plus visibles.

A chaque pleine lune, un elfe m'accompagne dans la cabane hurlante, je me transforme là-bas et le lendemain il m'emmène à l'infirmerie. J'y reste soit toute la mâtiner, soit toute la journée si j'ai été violent pendant la nuit. La semaine qui précède, je suis juste un peu à bout, mais j'ai l'habitude. D'après mon père, je suis allergique à un ingrédient de la potion tue-loup et donc je ne peux pas en boire....

Je ne savais pas trop ce que je pouvais rajouter, j'avais baissé mes yeux sur mes mains, pour éviter de croiser le regard de l'homme.  
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

avatar

Admine en sucre aux propriétés métaphysiques inconnues

Métier : Professeur bitch de Défense contre les Forces du Mal

MessageSujet: Re: Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu [PV Aiden E. Wellington]   Sam 7 Nov - 1:44


Objection
Le jeune Sweid, visiblement tourmenté par ma petite punition, se calma pourtant bien vite – un peu trop à mon goût, mais soit. Je ne manquai pas de remarquer que ses joues avaient rougi. Tiens tiens, quelqu’un avait un secret à cacher ? Heureusement pour lui, les histoires d’amour de mes élèves m’intéressaient encore moins que le cycle de vie des concombres de mer, c’est-à-dire en dessous de 0.

Il me raconta alors facilement comment ses transformations se déroulaient, ce qui me laissa assez perplexe : comment un Elfe de Maison pourrait le retenir en cas de problème matériel ? Leur magie avait beau être infiniment plus développée que celle des humains, leur force physique était égale à celle d’un fétu de paille. Contre la tornade de force brute d’un loup-garou en colère, ils ne valaient rien. Mais ce qui me rassura, c’était que visiblement, aucun élève n’était au courant de sa condition, pas même un ami proche qui aurait le cran de l’accompagner à la cabane hurlante. J’acquiesçai, souhaitant en savoir plus.

« Je vois. Je sais que ça ne fait que deux cycles de lune que vous êtes entré à Poudlard, mais aucun élève ne vous a jamais demandé pourquoi vous étiez absent plus souvent que la moyenne ? Que comptez-vous répondre à celui qui vous posera cette question, puisque quelqu’un vous la posera un jour ? »

Si le loup-garou était vraiment dans notre camp par choix, autant assurer la sécurité de son secret – nous aurions l’air fin si l’Ordre mettait la main sur lui. A cet âge, ils sont malléables et trop influençables : un mot et on le perdait, ce qui serait presque une catastrophe. Encore quelques années, et il ferait probablement un bon Mangemort. Pas question de le perdre.

Je voulais cependant encore savoir s’il était ou pas au courant du plan de son père – je souhaitais éviter un gigantesque malentendu qui aboutirait à une scission dans la famille Sweid. Sachant que je devais procéder avec beaucoup de tact, je lui demandai :

« Est-ce que vous savez si vous étiez une cible du loup-garou qui vous a mordu, ou s’il vous a choisi par hasard ? Connaissez-vous les raisons de votre transformation, s’il y en a ? »
©Aiden aka Lokiaryu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu [PV Aiden E. Wellington]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne suis pas coupable, enfin, un tout petit peu [PV Aiden E. Wellington]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» T'es mignon, mais t'es un tout petit breton
» Je suis là, me voilà, c'est petit et c'est trop drôle tout à la fois [LIBRE]
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» Atelier de Givre (je suis de retour... enfin :] ) [0/1]
» Je ne suis pas coupable [Mission Rang B - Yukita Eiko]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pumpkin Pasties :: Autres :: Contes et légendes-